Accord de Grenoble

L’Accord de Grenoble a pour ambition d’être un document structurant de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) sur les enjeux de transition socio-écologique. Présenté lors de la COP2  Étudiante les 10 et 11 avril 2021, il est le fruit d’un travail de synthèse qui s’appuie sur les contributions des groupes de travail menés en 2021, sur de nombreux documents existants (référentiel DDRS, travail d’autres associations, recommandations du GT ministériel présidée par Jean Jouzel…)et sur de nombreuses relectures des établissements eux-mêmes ou de diverses structures partenaires (CGE, CDEFI, CIRSES, HCERES…).

Télécharger l’accord de Grenoble

Un Accord :

  • Fruit du dialogue et de la co-construction entre les différentes parties prenantes de l’ESR ;
  • Qui propose des objectifs communs à tous les établissements qui s’engagent ;
  • Qui propose une liste de mesures concrètes pour réaliser ces objectifs, adaptables à chaque établissement;
  • Ambitieux mais réalisable par le plus grand nombre, et par tous les types d’établissements.

Un Accord en cinq parties

Cet Accord, construit avec comme modèle l’Accord de Paris sur le climat, s’articule en 5 grandes parties. Un préambule fixe le contexte du projet, mais aussi les enjeux de l’ESR au regard des transitions. La partie suivante, l’article 1, fixe un certain nombre de définitions afin de clarifier l’ensemble des termes utilisés dans l’Accord. L’article 2 propose 11 objectifs, qui touchent aussi bien à la formation des étudiants et du personnel, qu’à la gestion exemplaire des campus ou encore à une politique humaine et sociale adaptée, etc. Ces objectifs sont complétés par des annexes, qui proposent des mesures concrètes aux établissements, directement issues des groupes de travail et du Livre Blanc. Enfin, l’article 3 expose clairement les 5 engagements qui engagent les établissements signataires, à savoir :

  • Agir en vue d’atteindre l’ensemble des objectifs de l’Accord de Grenoble ;
  • Élaborer des plans d’actions répondant à tous les objectifs de cet Accord dans un délai maximal de deux ans, les soumettre pour approbation à leur(s) instances de gouvernance et commencer la mise en œuvre dans un délai maximal de deux ans ;
  • S’assurer de la constitution et/ou de la pérennisation d’un groupe de travail tripartite sur les problématiques socio-écologiques dans un délai de six mois à partir de la date de signature ;
  • Faire compléter, par ce même groupe de travail tripartite, une courte enquête de suivi annuelle proposée par notre association pour estimer l’avancement de l’établissement ;
  • Mettre en œuvre toutes les mesures cochées en annexes.
en_GBEnglish (UK)